Association Frenchymymy - Information et Prévention à la Sexualité
Avortement / IVG
 


 

Définition :
 
L'avortement se définit comme l'interruption avant son terme du processus de gestation, c'est-à-dire le développement qui commence à la conception par la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde formant ainsi un œuf, se poursuit par la croissance de l'embryon, puis du fœtus, et qui s'achève normalement à terme par la naissance d'un nouvel individu.
 
Depuis juillet 2001, l’IVG est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse en France.
C’est-à-dire 14 semaines depuis les dernières règles.
 
 

Qui dois-je aller voir ?
 
En premier lieu, le mieux est de prendre contact avec un hôpital public ou une clinique privée qui pratiquent des IVG. Vous pouvez aussi voir le médecin de votre choix.
Pour toute information ou pour parler, n’hésitez pas à nous contacter.
 

 
Les démarches :
 
• Vous aurez à faire une consultation médicale et éventuellement des analyses de laboratoire complémentaires.
• Une semaine de délai de réflexion est obligatoire entre cette première et la deuxième consultation médicale. En cas d’urgence, ce délai d’une semaine est ramené à 2 jours.
• Un entretien est obligatoire uniquement pour les mineures, non mariées et non émancipées, avec une conseillère ou une assistante sociale avant l’IVG. Cet entretien sera fait pendant la semaine de réflexion et au moins 48 heures avant l’IVG.
 
 

Méthodes médicamenteuse RU 486 :

L'IVG par méthode médicamenteuse ne peut être pratiquée que pour des grossesse de moins de 7 semaines d'aménorrhée (7 semaines à dater du début des dernières règles ou 5 semaines après la fécondation = ovulation théorique).
Elle consiste en la prescription de la pilule abortive appelée "RU 486" ou "Mifégyne"  combinée, 36 à 48 heures plus tard à une faible dose de prostaglandine qui complète les effets du premier.
Cette méthode médicamenteuse assure une expulsion complète de l'embryon dans les heures qui suivent la prise du médicament et dans plus de 95% des cas.
La femme fait une fausse couche dans le service hospitalier où elle est prise en charge.
Lorsque cette méthode est utilisée avant la 7ème semaine de grossesse. Elle est sans effet secondaire marquant et sans intervention chirurgicale. 
Le risque de complications sérieuses est minime. 



Méthodes chirurgicale :

Cette technique par aspiration a un taux de succès très élevé.
Elle peut être pratiquée jusqu'à quatorze semaines (douze semaines depuis l'ovulation théorique).
Elle consite à vider l'utérus au moyen de sondes creuses branchées sur un appareil à aspiration.
Elle se déroule ainsi : 
- anesthésie locale autour de l'orifice de l'utérus ou courte anesthésie générale
- dilatation du col avec de fines tiges de métal
- introduction d'une canule dans l'utérus pour aspirer son contenu.


L'intervention dure environ 20 à 30 minutes.
Dans le premier cas (anesthésie locale) la femme ne reste que trois heures à l'hôpital. 
Dans le second (anesthésie générale), on la gardera par prudence et obligation légale quatre à six heures après le réveil.
Un traitement complémentaire sera prescrit quelques jours après l'opération afin de permettre de chasser les caillots et d'en éviter la formation. Il s'agira d'utéro-contractants ou encore d'une pilule qui préviendra d'une synéchie.

La technique du curetage n'est plus utilisée. Le procédé est le même que l'aspiration. Seulement, l'utérus est évacué à l'aide d'une curette, instrument en forme de cuillère.



Ensuite ?
 
Une pilule contraceptive vous est prescrite pour un mois, dès le lendemain de l'IVG
Il est important d'avoir un examen gynécologique dans le mois qui suit.
Ce moment est aussi l'occasion de reparler de la contraception avec le médecin.
 
Un suivi psycologique est recommandé afin de vous accompagner.



Complications opératoires de l'IVG :

Les complications sont rares mais une IVG reste une intervention ou le risque 0 n’existe pas. 
Il s'agit dans la majorité des cas de :

Rétention : l'aspiration effectuée est incomplète. 
Elle se manifeste pas des pertes de sang, de la température ou des pertes anormales. Dans ce cas, on doit reprendre contact avec son médecin rapidement pour voir si il y a lieu de repratiquer une aspiration complémentaire. 

Infection : elle se manifeste par des pertes anormales, des pertes de sang, de la douleur ou de la gêne.
Il est également important de contacter son médecin au plus vite.


 
Cartographie du droit à l’I.V.G : (cliquer sur l'image pour agrandir)
 
 

L’IVG n'est pas une méthode contraceptive
Le préservatif est le meilleur moyen de contraception